Partager... Twitter Google + LinkedIn Envoyer par mail

Mise en place de la voûte de coupole sur le sommet de la tour

- Rédaction Damien, statut Amateur, le 6 septembre 2010, 16:25 - Mise à jour le 8 Jun 2014, 16:50 -
1574
26

Galerie d'images

Présentation par l'administrateur

Merci Damien de donner des ailes à nos projets en nous démontrant qu'un rêve peut toujours être réalisé et qu'il n'y a pas de plus grande satisfaction que d'en être l'architecte et le bâtisseur...
Loup


Contexte

  • Autoconstruction

Le WE dernier a été consacré à la pose de la voûte sur la tour. J'avais auparavant fabriqué une grue de façon à pouvoir monter facilement le cintre en bois et la clé de voûte.
Le cintre repose sur 6 étais et sur le guide central. Toutes les pierres ont été mises en place avec des cales d"épaisseur en bois. Quelle satisfaction de voir que tout se monte comme prévu sur plan.
Un seul bémol : L'orientation de la structure.
En effet, j'avais prévu plus tard de réaliser un chien assis à l'aplomb de la porte à linteau droit entre 2 nervures, mais orientées comme telles, les nervures de la voûte ne sont plus alignées avec la porte à linteau plein cintre et la meurtrière ! Comme quoi, on a beau essayer de penser à tout, il y a toujours des choses qui nous échappent....bref, plus de chien assis....de toute façon ça n'aurais rien changé.

Techniques employées

  • Moules en bois

Ensuite vient le bouchage des joints. Là, 2 techniques en fonction des endroits : Bouchage à la sciure de pierre délayée à l'eau pour les joints verticaux et de dessus, sinon même recette mais avec de la chaux pour les joints de dessous.
Une fois tout bouché, j'humidifie les cavités de joints. Celles se trouvant entre la pierre de sommier et la corniche auront été équipées chacune de 2 goulots de bouteille en plastique scellés au plâtre : 1 pour le remplissage et l'autre pour évacuer l'air et juger du niveau de remplissage. Ces dernières cavités seront "noyées" pour tester l'étanchéité et mouiller la pierre, puis vidées avant le coulage.
Pour le coulis, j'ai utilisé de la chaux NHL5 et du sable tamisé fin, le tout dans des proportions 6 vol. de chaux, 5 vol. de sable, 3 vol. d'eau.
J'ai coulé d'abord tous les joints des voussoirs avec un entonnoir. Il faut sans cesse surveiller les niveaux des joints et les ajuster.
Les joints des sommiers ont été réalisés avec un coulis plus liquide (1vol de plus). On remplit la première bouteille jusqu'à ce que le liquide apparaisse dans l'autre bouteille. Point négatif, il restait beaucoup de sable au fond de mon récipient de coulage.... même en remuant juste avant le coulage.
A peine quelques heures et on peut enlever la sciure de pierre de taille et dégager les joints sur 1 cm.

Retour d'expérience

J'ai décintré l'assemblage 2 semaines après le coulage des joints. Tout s'est bien passé et quelle satisfaction de voir la voûte tenir d'elle même !
J'ai regratté tous les joints de façon à dégager 1 cm pour le rejointoiement.
Les joints ont été réalisés avec de la chaux NHL 3.5 et du sable jaune tamisé. Quand la chaux a tiré, je brosse le joint à l'eau. Inconvénient : en brossant on étale la chaux sur la pierre ce qui blanchit les pierres... J'aurais du laver tout de suite, mais en lavant on lave aussi le joint tout frais...!

La saison s'achève sur cet ouvrage.

Profil

Pseudo : Damien
Origine : Dordogne (24)
Statut : Amateur

Liens sur le Web